Activités du partiArticles de presse

Mme Bouchareb appelle à engager un dialogue ouvert sur l’amendement du Code de la famille et à contribuer à la mise en œuvre de la vision du Secrétaire général visant à institutionnaliser l’action partisane

Mme Nouzha Bouchareb, Présidente de l’organisation des Femmes Harakies, a rappelé les caractéristiques du contexte actuel que connaît le pays à la lumière d’une conjoncture marquée par l’inquiétude et la préoccupation des Marocains à l’égard des conditions économiques et sociales et de la vague de flambée des prix, qui alourdiront davantage le fardeau de la majorité des familles pendant le mois de Ramadan.

Mme Bouchareb a appelé le gouvernement à raviver l’esprit de solidarité grâce auquel le pays a fait face à la crise du Coronavirus, en interagissant avec les propositions du Mouvement Populaire, qui a été le premier à proposer des solutions et des alternatives urgentes pour atténuer les répercussions de la crise sur les familles nécessiteuses, telles l’octroi d’un soutien direct à ces familles, soulignant que les femmes demeurent la catégorie le plus impactée par les répercussions et les effets de cette crise, en raison de leur gestion directe des moyens de subsistance de leurs familles.

Ces déclarations de Mme Bouchareb sont intervenues lors de la rencontre de communication et d’encadrement organisée par le Mouvement Populaire en coopération avec le Parti populaire néerlandais pour la liberté et la démocratie, samedi dernier dans la ville de Fkih Ben Saleh, au bénéfice des membres du Conseil national du parti, des présidents des collectivités territoriales, des membres des conseils régionaux et provinciaux et des chambres professionnelles au niveau de la Région Beni Mellal-Khénifra.

Par ailleurs, la Présidente de l’organisation des Femmes Harakies a rappelé les efforts déployés dans notre pays sous la Clairvoyante Direction de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, en vue de permettre aux femmes d’accéder à la position qu’elles méritent et d’élargir ses acquis en matière des droits de l’Homme, à travers la lutte contre toutes les formes de discrimination fondées sur le genre.

Mme Bouchareb s’est interrogée, à cet égard, sur les mesures prises par le gouvernement pour mettre en œuvre la Vision Royale dans ce domaine, relevant l’absence d’une politique publique claire pour rendre justice aux femmes, synonyme de développement territorial et d’équité sociale, notamment dans les zones rurales et montagneuses, où les souffrances endurées par les femmes sont doubles et leur situation est plus vulnérable.

Mme Bouchareb a ajouté que selon l’approche harakie, il faudrait transcender la vision classique en matière de traitement de la question de la femme et transiter vers le traitement des véritables problématiques auxquelles elle est confrontée, soulignant que le traitement de ces problématiques est tributaire de l’adoption de lois équitables et de l’autonomisation effective des femmes, loin des porte-drapeaux misogynes et des opposants à tout plaidoyer en faveur des droits des femmes.

Dans ce cadre, Mme Bouchareb a salué les initiatives législatives des deux Groupes Harakis à la Chambre des Représentants et à la Chambre des Conseillers, telles celles relatives à la révision du Code du travail en lien avec la protection des femmes ouvrières, en plus des lois encadrant les droits des femmes et des enfants.

Abordant le chantier sociétal ouvert relatif à l’amendement du Code de la famille, la Présidente de l’organisation des Femmes Harakies a exprimé ses remerciements au Secrétaire général du Mouvement Populaire, aux présidents des deux Groupes Harakis au Parlement et à tous ceux qui ont soutenu l’initiative de l’organisation des Femmes Harakies relative à l’organisation d’un séminaire sur le Code de la famille, auquel ont pris part plus de 400 femmes.

Mme Bouchareb a indiqué que cette rencontré à incarné l’ouverture du parti du Mouvement Populaire sur toutes les factions, avec la ferme conviction que la réforme du Code de la famille est une question sociétale qui transcende tous les calculs politiciens étriqués et les idéologies, relevant que l’engagement de ce débat, contrairement à ce que certains colportent, ne signifie pas la création d’une inimitié imaginaire entre les hommes et les femmes, car toute justice rendue aux femmes, l’est aussi pour les hommes, les enfants et la famille et une garantie de la cohésion familiale.

Mme Bouchareb a souligné que l’organisation des Femmes Harakies a formulé des propositions et des alternatives concernant la réforme de la Moudawana, qui seront renforcées par l’écoute de toutes les voix dans les territoires, dans le but de réaliser une véritable réforme émanant de la terre, lançant un appel à l’adresse des femmes dans la Région Beni Mellal-Khénifra et les autres régions du Royaume en vue de s’impliquer de manière audacieuse dans ce chantier et ce, dans le cadre du respect de tout ce qui est commun qui unit tous les marocains.

Sur le plan organisationnel, Mme Bouchareb a exhorté les membres de l’organisation et les coordinateurs dans les régions et les provinces à focaliser sur l’attraction des compétences et la structuration dans le cadre de la nouvelle dynamique lancée par le Secrétaire général du parti, notamment en matière d’institutionnalisation de l’action partisane de manière à renforcer le rayonnement du Mouvement Populaire, qui représente l’entité authentique et l’alternative.

Articles similaires

Voir Aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page