A la uneActivités parlementairesUncategorized

M. Moubdiî qualifie le bilan de l’action du gouvernement « Les valeurs de cohésion entre un Roi audacieux et un peuple citoyen » malgré sa critique de certains secteurs et chantiers

Saliha Boujraf

M. Mohamed Moubdiî, Président du Groupe Haraki à la Chambre des Représentants, a qualifié le bilan de l’action du gouvernement de « bon », même si certains secteurs sont encore en deçà des aspirations des Marocains.

Dans une intervention au nom du Groupe Haraki lors de la discussion du bilan d’étape de l’action du gouvernement, lundi dernier à la Chambre des Représentants, M. Moubdiî a affirmé : « si nous voulons donner un titre précis à ce bilan, on peut dire que c’est le bilan « Les valeurs de cohésion entre un Roi audacieux et un peuple citoyen », incarnées concrètement par les valeurs de solidarité, de loyauté et d’implication au service des questions et des intérêts de la patrie, et encadrées par l’adhésion de toutes les institutions constitutionnelles, au premier rang desquelles le Parlement qui était présent et actif à travers l’important arsenal législatif qu’il a produit, y compris ce qui était en relation avec la pandémie, le déploiement des mécanismes de contrôle du travail gouvernemental, telles les questions et des missions de reconnaissance sans précédent, et l’évaluation des politiques publiques qui ont abordé les différentes préoccupations sociétales, outre la diplomatie parlementaire et partisane qui s’est distinguée par une présence remarquée dans de nombreuses grandes échéances, et sans oublier le rôle majeur des institutions de gouvernance constitutionnelle ».

Par ailleurs, le Président du Groupe Haraki à la Chambre des Représentants, qui a critiqué l’action de plusieurs secteurs et chantiers en notant qu’ils n’ont pas satisfait aux ambitions des Marocains, s’est interrogé sur les raisons de la non-activation du Conseil consultatif de la jeunesse et de l’action associative et de plusieurs initiatives qui ont été avortées dans le berceau, telles que la carte des jeunes, la musique des jeunes, les héros du quartier, l’auto-emploi et la stratégie intégrée des jeunes, etc.

Par ailleurs, le député parlementaire haraki a souligné que la langue amazighe n’a pas obtenu son plein droit constitutionnel en matière de généralisation et de concrétisation du caractère obligatoire de son enseignement, en plus de l’indifférence dont ont été victimes le monde rural, les zones montagneuses et la classe moyenne.

En outre, M. Moubdiî a souligné que certains secteurs ont besoin d’oxygène supplémentaire pour qu’ils soient relancés, tels le tourisme, l’artisanat, la santé, l’agriculture et le développement rural, affirmant que la relance de ces secteurs est désormais inévitable, d’autant plus à la lumière du grand projet relatif à la protection sociale.

En revanche, M. Moubdiî a hautement salué les efforts déployés dans le Ministère de l’Education nationale, de la Formation professionnelle, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, affirmant : « ce ministère a marqué d’une empreinte distinctive dans ce bilan d’étape. La vertu de la reconnaissance exige de nous de saluer l’action du ministère, son interaction constante avec le Parlement et son ouverture continue sur les différentes régions du Royaume. Grâce aux efforts de ce ministère, nous avons évité une année blanche et nous nous sommes engagés dans le domaine de la numérisation par la grande porte grâce à l’enseignement à distance, en plus de la mise en œuvre de la loi-cadre relative au système d’éducation et de formation, la réduction de l’abandon scolaire, l’amélioration de l’offre de formation, ainsi que le renforcement des cités des métiers et des compétences dans toutes les régions du Royaume, le lancement du chantier national du système Bachelor et l’adaptation des formations avec les besoins du marché du travail ».

Il a également relevé le grand esprit de mobilisation qui a caractérisé l’action du ministère de l’Aménagement du territoire national, de l’Urbanisme, de l’Habitat et de la Politique de la ville.

M. Moubdiî a poursuivi : « le ministère de l’Industrie et du Commerce a été également à la hauteur des enjeux du pays, à travers un ensemble de réalisations majeures, à la tête desquelles  l’émergence d’une industrie nationale de nombre de produits que notre pays importait auparavant et dans lesquels la créativité marocaine s’est distinguée, notamment à la lumière de la crise liée à la Coronavirus ». Cependant, il a appelé à la localisation régionale de ces industries, y compris les industries agroalimentaires et manufacturières, et à l’accompagnement des petites et moyennes entreprises et du secteur du commerce en matière de gestion et de financement.

Il a également qualifié le bilan du ministère de l’Agriculture, du Développement rural et de la Pêche maritime de « distingué », car les efforts déployés ont permis au Royaume de réaliser sa sécurité alimentaire grâce aux plans Maroc Vert, Generation Green et Halieutis. Cependant, il a souligné la nécessité d’établir la corrélation entre l’agriculture et le développement rural, en ouvrant également des opportunités d’investissement aux jeunes ruraux, en application des Hautes Orientations de Sa Majesté le Roi.

M. Moubdiî n’a pas manqué de renouveler la revendication du Groupe Haraki d’accélérer l’adoption d’une loi relative à la montagne à l’instar de la loi sur le littoral.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page