Activités parlementaires

M. Sentissi plaide la cause des « enseignants-cadres des Académies Régionales d’Education et de Formation » et interpelle le gouvernement au sujet du sort du statut unifié et des solutions prises pour traiter leur dossier

Saliha Boujraf

M. Driss Sentissi, Président du Groupe Haraki à la Chambre des Représentants, a adressé une question écrite au ministre de l’Education nationale, du Préscolaire et des Sports, M. Chakib Benmoussa, l’interpellant sur « le sort du statut unifié et les solutions prises pour traiter le dossier des enseignants-cadres des Académies Régionales d’Education et de Formation ».

Dans cette question écrite, le Président du Groupe Haraki à la Chambre des Représentants a indiqué « à l’approche de la clôture de la première année du mandat du gouvernement et contrairement aux promesses électorales des partis qui y sont représentés portant sur l’intégration des enseignants-cadres des Académies Régionales d’Education et de Formation (AREF) dans les rangs de la fonction publique dans sa forme classique, c’est-à-dire avec des postes budgétaires centralisés inclus dans le budget général de l’Etat, le gouvernement, qui s’est heurté à une réalité où les slogans électoralistes généreux n’ont pas de place, a procédé à l’inscription de ce dossier, bien que de manière tordue, à l’ordre du jour du dialogue social sectoriel, annonçant son intention d’adopter une nouveau statut unifiée qui présente une formule pour résoudre la situation d’environ 120.000 enseignants des AREF ».

M. Sentissi a ajouté que selon les déclarations du Porte-parole du gouvernement, il a été décidé d’annoncer officiellement le nouveau projet de statut avant la fin du mois de juillet dernier, mais rien n’a été réalisé ; le gouvernement ayant failli une fois encore à honorer ses promesses.

A cet égard, M. Sentissi s’est interrogé sur les nouveautés de ce dossier épineux, sur le sort du statut unifié promis et ses développements et sur la version sous laquelle il sera publié.

Le Président du Groupe Haraki à la Chambre des Représentants s’est également interrogé sur la norme juridique qui sera adoptée pour ce statut dans le respect des rôles constitutionnels du pouvoir législatif, se demandant si le gouvernement allait recourir, en revanche et comme d’habitude, à l’exploitation de marges juridiques en adoptant ce statut par décret loin des yeux du Parlement.

Il est à noter que les enseignants-cadres des Académies Régionales d’Education et de Formation, ou ce qu’on appelle les « enseignants contractuels » poursuivent encore leurs protestations contre le ministère de l’Education nationale, du Préscolaire et des Sports, à travers à l’organisation de sit-in de protestation des fois et le port de rubans rouges d’autres fois, comme ils l’ont fait mercredi dernier dans tous les établissements d’enseignement.

Les protestataires ont effet porté des « rubans rouges » pendant les phases de récréation, concomitamment avec le procès intenté au tribunal de première instance de Rabat contre le 5ème groupe d’enseignants détenus.

La Coordination nationale des « enseignants contractuels » avait souligné qu’elle a adopté un nouveau programme de protestation pour la rentrée scolaire, qu’elle a inauguré par une grève nationale coïncidant avec le procès de leurs collègues poursuivis en justice.

Les « enseignants-cadres des Académies Régionales d’Education et de Formation » devraient mener une grève nationale le 26 septembre 2022 et organiser un sit-in de protestation par les membres du Conseil national et du Comité de soutien et de défense des enseignants poursuivis devant la Cour d’appel et ce, concomitamment avec le procès intenté à 45 de leurs collègues.

La Coordination a revendiqué la liberté et la proclamation de l’innocence de l’ensemble des enseignants poursuivis en justice sur fond de leurs luttes au sein la Coordination Nationale des « enseignants contractuels », renouvelant sa dénonciation de la poursuite de ce qu’elle a appelé le « vol qualifié » des salaires des « enseignants contractuels ».

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page