COMMUNIQUÉS

Dans un communiqué publié à l’issue de la réunion du Bureau politique du parti :

Le Mouvement Populaire appelle le gouvernement à sortir de son coma politique et à intergari avec les revendications des citoyens pour stopper les répercussions de la flambée des prix, de l’épidémie et de la pénurie d’eau

Le parti fixe la date de son 14ème Congrès national vers la fin novembre et affirme son soutien à MM. El Aaraj et Fadili aux élections législatives partielles à Al Hoceima et Driouch

Le Bureau politique du parti du Mouvement Populaire a tenu sa réunion ordinaire, le vendredi 15 juillet 2022, sous la présidence de M. Mohand Laenser, Secrétaire général du parti, qui a été consacrée à l’examen des derniers développements politiques, économiques et sociaux dans le pays, au passage en revue du processus des préparatifs de la tenue du 14ème Congrès national du parti et à la discussion du dossier des élections législatives partielles en cours actuellement dans la circonscription d’Al Hoceima, et qui se dérouleront dans d’autres circonscriptions dans les semaines à venir.

Après un large débat entre les membres du Bureau politique, la réunion a conclu ses travaux par ce qui suit :

Premièrement : Le parti réitère son appel au gouvernement pour sortir du cercle de l’hésitation et du mutisme incompréhensible et prendre l’initiative d’interagir avec les revendications des citoyens et leurs aspirations à des décisions audacieuses afin de stopper les répercussions de la flambée des prix, de l’épidémie et de la pénurie d’eau.

Dans ce contexte, et après une étude approfondie et un diagnostic objectif des conditions économiques et sociales résultant de la hausse sans précédent des prix des hydrocarbures et des différentes denrées alimentaires, biens et services, et la détérioration du pouvoir d’achat de toutes les familles marocaines et l’élargissement de la base de la vulnérabilité sociale qui en ont résulté, en l’absence de toute initiative gouvernementale et à la lumière de l’incapacité avérée du gouvernement à prendre toute mesure de nature à atténuer les effets négatifs de ces crises, et ce selon les faits et les indicateurs publiés dans les rapports d’institutions nationales, telles que le Haut-Commissariat au Plan, Bank Al-Maghrib, le parti du Mouvement Populaire, de par sa position en tant que composante essentielle de l’opposition nationale constructive et responsable, réitère son appel au gouvernement et à ses composantes dans l’ensemble des collectivités territoriales à être à l’écoute de la voix de la rue, à capter ses messages exprimés par divers canaux, à mettre un terme à son obstination politicienne et à avoir le courage politique nécessaire pour affronter la situation critique en prenant des décisions qui incarnent effectivement et concrètement le concept de l’Etat social sur le terrain et non dans des discours creux. Le parti appelle également le gouvernement à sortir de son coma politique et de sa stérilité communicationnelle et à entreprendre des réformes urgentes qui seraient salvatrices du processus de confiance pour que les Marocains ne perdent pas confiance dans le processus gouvernemental ; chose contre laquelle n’a cessé de mettre en garde une opposition convaincue de la nécessité de préserver le Maroc des institutions.

Deuxièmement : Le parti appelle le gouvernement à prendre des décisions et à cesser d’avancer des justifications et de délayer les crises.

Dans le même contexte, le parti note avec grand regret la persistance du gouvernement à avancer des justifications infondées et à se cacher derrière les fondements internationaux de la crise sans proposer aucune alternative économique ou sociale, à l’instar de tous les pays du monde. Quelle est la justification de la non-intervention du gouvernement pour réviser les prix des hydrocarbures à travers leur plafonnement temporaire conformément aux dispositions de la loi sur la liberté des prix et de la concurrence, la réduction des droits d’importation et de la taxe intérieure de consommation et l’ouverture d’un dialogue avec les société qui dominent le marché des hydrocarbures pour revoir les énormes marges de bénéfice enregistrées durant la phase d’épidémie et de hausse des prix ? Quelle est la justification du silence du gouvernement face à la baisse sans précédent des prix des produits pétroliers sur les marchés mondiaux ? et pourquoi privilégie-t-il de céder à la logique des augmentations en gros et des réductions au détail ? Pourquoi le gouvernement ne dispose-t-il pas d’une vision unifiée s’agissant de la remise en service de la raffinerie la « Samir » comme l’une des principales solutions pour renforcer la souveraineté nationale dans le secteur des hydrocarbures ? Qu’en est-il des résultats des opérations d’exploration pétrolière et gazière dans notre pays ? Et quelle est la stratégie du gouvernement pour soutenir les énergies renouvelables et alternatives afin de diversifier le bouquet énergétique national ?

Dans le même cadre, le parti note également avec grand étonnement la surdité persistante du gouvernement face à une série d’alternatives que le Groupe Haraki au Parement, et à travers lui le parti du Mouvement Populaire, a été le premier à présenter, telles l’appel à l’adoption d’une loi de finances rectificative en raison de la désuétude de la loi de finances actuelle, de ses indicateurs, programmes et orientations et ce, au lieu de recourir, dans un précédent du genre, à l’exploitation des marges de la loi de finances après avoir épuisé les marges financières pour sauver la Caisse de Compensation, en violation du droit de l’institution législative de contrôler, d’orienter les finances publiques et de légiférer dans ce domaine, et au lieu que le gouvernement utilise sa majorité numérique dépourvue de tout contenu politique pour obtenir l’autorisation d’élargir les marges et de poursuivre la politique de la fuite de la réalité et de la perte de l’audace face à la crise économique et sociale que le gouvernement a revêtu d’un caractère politique en raison de sa confusion structurelle. Le parti attend avec impatience que le gouvernement dévoile le cadre directeur du projet de loi de finances de l’année prochaine conformément aux dispositions de la loi organique des finances.

Troisièmement : À la lumière des crises actuelles, le gouvernement est appelé à honorer ses promesses électorales et à mettre en œuvre ses politiques sociales pour faire face à la crise de la hausse des prix

Dans ce cadre, et alors que nous nous approchons de la fin de la première année législative de la vie du gouvernement et à la lumière de ses piètres résultats politiques et législatifs, le parti du Mouvement Populaire, tout en exprimant sa fierté du bilan quantitatif et qualitatif des Groupes Harakis au sein des deux chambres du Parlement, qui leur ont permis d’occuper le premiers rangs sur les plans du contrôle du travail gouvernemental, législatif et politique, note que la poursuite de la mise en œuvre effective de l’option de l’Etat social, au titre duquel notre pays a accompli d’importants progrès depuis des décennies grâce à la Sagesse de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu L’assiste, nécessite un gouvernement qui soit social par les actes et non par les paroles, et des politiques publiques sociales cohérentes fondées sur le développement social durable et assurant des revenus réels via l’emploi au lieu de transformer des droits constitutionnels en des programmes conjoncturels et transitoires comme « Awrach » et « Forsa » dont l’échec a été confirmé depuis leur naissance.

Dans le même sens, le parti réitère son appel au gouvernement à ouvrir un dialogue national élargi et à construire une politique de communication efficace pour assurer la réussite du chantier de la protection sociale et de la généralisation de la couverture médicale, dont les fondements ont été instaurés par Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu L’assiste, étant donné que les décrets et les textes d’application ne suffisent pas à eux seuls pour mobiliser et changer les sociétés, vu qu’il est nécessaire de mettre en place un système national d’action commune afin de susciter la volonté chez les différents citoyens et citoyennes pour adhérer à ce chantier social stratégique et se l’approprier.

Dans le même cadre, le parti s’interroge de nouveau sur le sort des promesses électorales des partis représentés dans le gouvernement et qui sont relatives au soutien social direct des familles, à l’intégration des enseignants cadres des Académies régionales d’éducation et de formation (AREF) dans la fonction publique, à l’augmentation des salaires des enseignants et à la mise en place d’une carte de couverture médicale pour fournir gratuitement des services médicaux et pharmaceutiques. Le parti s’est interrogé aussi sur le sort de la mise en œuvre du chantier de l’officialisation de la langue amazighe dans les différents aspects de la vie publique et dans quels domaines les fonds alloués à ce chantier stratégique ont-ils été ou seront-ils dépensés et de quelle manière ?

Quatrièmement : Le parti appelle le gouvernement à mettre en œuvre les mesures décicées pour faire face à la crise de la pénurie d’eau et aux coûts d’une politique agricole qui a alourdi le fardeau des familles marocaines dans les villages et les villes.

Dans ce cadre, et après avoir pris note de la crise sans précédent que connaît notre pays dans le domaine de la sécurité hydrique et de la sécurité alimentaire en raison de la raréfaction des précipitations pluviales, des changements climatiques et de l’épuisement des ressources en eau dans des plans sectoriels tels le Plan Maroc Vert dont la majorité des programmes ont été consacrés, durant une décennie et demie, aux cultures destinées à l’exportation et nécessitant un coût financier important, ce qui a alourdi le fardeau des familles marocaines dans les villages et les villes, le parti du Mouvement Populaire appelle le gouvernement et les différentes institutions concernées à élaborer un plan d’urgence qui assure l’approvisionnement en eau potable de nombreux villages et villes. Le parti appelle également le gouvernement à prendre les mesures nécessaires pour la mise en œuvre du plan hydrique 2020-2050, la mobilisation des ressources nécessaires pour activer les programmes de dessalement de l’eau de mer dans les villes côtières et l’activation les partenariats conclus avec les conseils de régions pour trouver des solutions urgentes pour faire face à la crise de la soif qui menace de nombreux habitants zones rurales et montagneuses d’exode et reporte la réalisation de l’enjeu de la communauté rurale stable.

Cinquièmement : Concernant les affaires internes, le parti exprime sa fierté de l’implication distinguée de ses différentes composantes et compétences dans les préparatifs du prochain Congrès national et renouvelle son soutien continu aux candidats et candidates du parti aux élections législatives partielles.

Après avoir passé en revue les dispositions prises et le travail sérieux et soutenu mené au titre des préparatifs du 14ème Congrès national du parti, et tout en se félicitant du travail inlassable de l’ensemble des militants et militantes harakis pour bien préparer l’échéance du prochain congrès national du parti dans ses aspects politique et organisationnel, et saluant le dynamisme marquant les travaux du Comité préparatoire sous la supervision de son président, des coordonnateurs des commissions qui en sont issues et de leurs membres, le parti annoncé que le 14ème Congrès national se tiendra avant la fin du mois de novembre 2022 dans le plein respect des délais légaux stipulés dans la loi organique relative aux partis politiques et le statut et règlement intérieur du parti, appelant l’ensemble des membres du parti à davantage de mobilisation pour assurer la réussite de cette échéance importante dans le parcours du parti, que devrait placer le Mouvement Populaire aux premiers rangs du prochain paysage politique et électoral.

D’autre part, et après avoir passé en revue le déroulement de la campagne électorale au niveau de la circonscription d’Al Hoceima au titre des élections législatives partielles, le parti du Mouvement Populaire renouvelle son soutien, sur le terrain et politique, à M. Mohamed El Araj, qui est à la tête de la liste du parti dans cette circonscription, qui était et restera l’un des principaux bastions harakis.

Dans le même contexte, et suite à la décision de la Cour Constitutionnelle qui a dicté la tenue d’élections partielles dans la circonscription de Driouch dans les semaines à venir, le parti annonce son soutien à M. Mohamed Fadili pour conduire la liste du parti lors de ces élections partielles après que la justice constitutionnelle lui a rendu justice suite à son recours légitime. A cette occasion, le parti réfute les fausses informations et les rumeurs malveillantes colportées par certains médias dans le cadre d’une campagne désespérée et systématique visant à porter préjudice aux symboles et aux militants du Mouvement Populaire.

A cet égard, le parti appelle l’ensemble des militants et militantes harakis à poursuivre leur mobilisation pour gagner ces batailles lors des différentes échéances électorales partielles afin de reconquérir la position historique et politique du parti en tant que parti national fier de son histoire honorable et de son avenir radieux.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page