Activités parlementaires

M. Sbaîi : Le système des retraites n’a pas besoin de solution de rapiéçage… et le gouvernement n’a pas l’audace de dévoiler sa vision et jette les braises aux syndicats

Saliha Boujraf

M. Mbarek Sbaîi, Président du Groupe Haraki à la Chambre des Conseillers, a souligné que le système des retraites au Royaume a besoin d’une véritable vision de réforme globale, loin des bricolages temporaires et faciles, notant que des études et des rapports, publiés par diverses institutions nationales concernées par ce dossier, ont tiré la sonnette d’alarme.

Commentant la réponse de la ministre de l’Economie et des Finances, Mme Nadia Fettah Alaoui, à une question sur « la réforme du système des retraites », lors de la séance des questions orales tenue mardi dernier à la Chambre des Conseillers, M. Sbaîi a affirmé que le sort des régimes de retraites au Royaume est désolant, surtout au vu que le gouvernement ne dispose pas d’une vision claire pour traiter ce dossier et de l’ambiguïté de sa réponse.

Dans ce contexte, le Président du Groupe Haraki à la Chambre des Conseillers a critiqué le fait que le gouvernement n’a pas l’audace politique de révéler sa vision et son recours à la méthodologie consistant à faire fuiter des information et à jeter les braises dans le terrain des syndicats, d’autant qu’il n’a pas démenti la vision relayée quant à son intention d’augmenter l’âge de départ à la retraite, d’augmenter les cotisations des adhérents et de réduire la pension de retraite au double du SMIG quel que soit le salaire de l’adhérent.

M. Sbaîi a estimé que ces propositions ne font que reproduire la réforme de 2016 dans une version pire et plus sévère pour les poches et l’avenir des salariés et des fonctionnaires.

Le Président du Groupe Haraki à la Chambre des Conseillers s’est interrogé sur les raisons qui ont fait que le gouvernement des compétences n’a pas rompu avec les décisions des gouvernements précédents dans ce dossier, à l’instar de qu’il a fait et continue de le faire s’agissant d’autres réformes fondamentales.

M. Sbaîi a conclu son intervention en exprimant l’aspiration du Groupe Haraki à ce que le gouvernement adopte une réforme des régimes de retraite loin des salaires des employés et des fonctionnaires qui ne sont plus en mesure de supporter des prélèvements supplémentaires, soulignant la nécessité de trouver des solutions de financement novatrices qui garantissent la pérennité de ces régimes et appelant à la mise en œuvre du principe de la reddition des comptes s’agissant de la gouvernance des caisses de retraite concernées, en plus de la réforme des mécanismes du recrutement public et privé en vue d’élargir la base des adhérents.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page