Activités parlementaires

M. Drissi appelle le gouvernement à intervenir d’urgence pour freiner la hausse alarmante du prix du carburant au lieu de se contenter de déclarer son impuissance

Saliha Boujraf

M. Abderrahman Drissi, membre du Groupe Haraki à la Chambre des Conseillers, a appelé le gouvernement à intervenir d’urgence pour trouver des solutions concrètes en vue de limiter la hausse alarmante des prix du carburant qui affecte négativement la plupart des secteurs, en particulier le transport, les denrées alimentaires et les services, affirmant que « le gouvernement est appelé à innover des solutions pratiques et globales au lieu de chercher à justifier la crise et de se contenter de répéter le slogan “Dieu est puissant”.

Commentant la réponse du ministre des Transports et de la Logistique à une question orale sur « l’impact de la hausse des prix des carburants sur le secteur des transports », présentée par le Groupe Haraki à la Chambre des Conseillers, hier mardi lors de la séance des questions orales, M. Drissi a mis l’accent sur la nécessité de traiter le problème des hausses successives des prix des carburants, en optant pour le plafonnement des prix des carburants, ou du moins en appliquant la loi sur la concurrence et les prix, notamment son article 4 qui reconnait au gouvernement la compétence d’intervenir pour plafonner ces prix, quitte à le faire de manière temporaire, au lieu de recourir à des initiatives catégorielles isolées, telles que la mise en place d’une indexation des prix des transports.

Le conseiller parlementaire a critiqué l’approche adoptée par le gouvernement pour soutenir les professionnels du transport, soulignant que cette approche est caractérisée par plusieurs dysfonctionnements, dont notamment le fait que le soutien exclut les chauffeurs professionnels, en particulier les chauffeurs de grands et petits taxis, qui supportent le coût du carburant de leurs poches, ainsi que les difficultés techniques et numériques liées à l’accès à la plateforme mise en place à cet effet.

Le conseiller parlementaire haraki s’est interrogé, à cet égard, sur le droit des professionnels du transport mixte dans le monde rural, critiquant également le non-respect du critère territorial dans le calcul et l’estimation de ce soutien.

M. Drissi a noté que l’initiative du gouvernement n’a eu aucun effet sur les prix des produits locaux, en particulier les légumes et les fruits, qui ont connu une hausse sans précédent, affirmant que cette hausse ne peut être justifiée par le marché international ou la guerre russo-ukrainienne.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page