Actualités

A la veille des élections partielles :

M. El Aaraj mène une campagne sereine et Mme Aâbout souligne l’interactivité des habitants des douars et communes d’Al Hoceima

Saliha Boujraf

A la veille de la fin de la campagne électorale au titre des élections législatives partielles au niveau de la circonscription d’Al Hoceima, devant se tenir le jeudi 21 juillet 2022, les candidats à ces élections, à savoir M. Mohamed El Aaraj du Mouvement Populaire, M. Noureddine Madiane du Parti de l’Istiqlal, M. Mohamed Hammouti du Parti Authenticité et Modernité, M. Nabil El Andaloussi du Parti de la Justice et du Développement, M. Boutaher Al Boutahri du Rassemblement National des Indépendants, M. Abdelhak Amghar de l’Union Socialiste des Forces Populaires et M. Issam Khamlichi de l’Union Constitutionnelle, intensifient leurs activités durant cette dernière phase de compétition.

Les concurrents lors de cette campagne, qui s’achève officiellement le mercredi 20 juillet 2022 à minuit, sont confrontés à deux principaux défis, à savoir la mobilisation de leurs partisans, alors que des craintes planent au sujet des abstentions de vote, d’autant plus que le processus électoral coïncide avec les vacances d’été.

A cet égard, Mme Latifa Aâbout, député parlementaire du parti du Mouvement Populaire pour la circonscription d’Al Hoceima, qui soutient M. El Aâraj dans sa campagne, a souligné que ce dernier mène une campagne propre et sereine, prenant en considération les mesures sanitaires préventives édictées par les autorités, d’autant plus que jusqu’à présent, aucun changement n’a été apporté à la circulaire du ministère de l’Intérieur relative à l’organisation de la campagne électorale dans le cadre des mesures préventives.

La députée parlementaire harakie a précisé que la campagne s’articule généralement autour de la tenue de rencontres restreintes avec les présidents et les membres des collectivités territoriales et avec les citoyens, indiquant que ces rencontres ont été tenues au niveau de plusieurs douars et communes de la province, dont notamment Imzouren, Al Hoceima, Bni Abdellah, Bni Houdaïfa et Bni Boufrah et la commune Snada, ainsi que ses fiefs historiques au niveau de la circonscriptions de Ketama et ce, dans le but d’expliquer son programme électoral.

Mme Aâbout a ajouté que M. El Aâraj, qui est une figure bien connue chez la population en tant qu’ancien parlementaire pendant plusieurs mandats et ancien ministre, en plus de sa compétence scientifique et de son expertise en matière de traitement des besoins des citoyens, bénéficie d’un grand soutien de la part de la population.

La députée parlementaire harakie a poursuivi en affirmant que la plupart des revendications de la population concernent l’eau ; un problématique qui préoccupe les habitants de cette zone qui enregistre des interruptions fréquentes, en plus des revendications qui concernent la santé, l’éducation, l’emploi et d’autres problèmes que connaît la zone.

Pour sa part, M. Mohamed Sahnoun, membre du Conseil national du parti du Mouvement Populaire, qui s’est mobilisé pour soutenir et appuyer le candidat de son parti, a souligné que Dr. El Aâraj, qui se distingue par ses hautes compétences scientifiques et son expertise dans travail de terrain, bénéficie d’une grande interaction de la part de la population.

Il est à noter que les candidats sont préoccupés par la crainte de faire l’objet d’une plainte pour violation de l’état d’urgence sanitaire, ce qui fait obstacle à la tenue de grands rassemblements, d’autant plus, que jusqu’à présent, la circulaire du ministère de l’Intérieur relative à l’organisation de la campagne électorale dans le cadre des mesures préventives n’a subi aucun changement.

Cette circulaire du ministère de l’Intérieur stipule que « les rassemblements et les activités organisés dans les espaces fermés et ouverts ne doivent pas dépasser 25 personnes, avec l’obligation d’obtenir une autorisation des autorités locales en cas de dépassement de ce nombre ». Cette circulaire interdit l’organisation de rassemblements électoraux dans des espaces ouverts qui connaissent des mouvements intenses et un engorgement qui rendent difficile d’imposer le respect des mesures préventives.

Cette circulaire stipule également le port du masque et le respect de la distanciation sociale dans toutes les activités liées à la campagne électorale.

Pour rappel, la Cour Constitutionnelle avait annulé les résultats des élections législatives dans la Province d’Al Hoceima, en raison du non-respect par les candidats vainqueurs des dispositions du décret-loi relatif à l’état d’urgence sanitaire et des modalités de sa proclamation.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page