Les ennemis potentiels du Maroc
3 – l’absence d’une vision pour l’édification de l’économie du savoir

L’économie du savoir signifie que le dynamisme de l’économie nationale repose en grande partie sur l’information, les sciences, les brevets d’invention et sur tout ce qui est immatériel comme base pour la production de la richesse.

L’économie du savoir s’articule essentiellement sur les leviers de la recherche pour le développement et de la création de pôles et de groupements d’expertises et de compétences, qui œuvrent à apporter des réponses aux besoins de l’économie.

M. Aquoudad attire l’attention de la Chambre des Conseillers sur une question urgente :
Nous souhaitons une loi des finances qui confirme l’engagement du gouvernement à mettre en œuvre le contenu du Discours Royal d’Ajdir» et un changement du mode de fonctionnement de l’Institut Royal pour la Culture Amazighe (IRCAM)

Le Groupe Haraki à la Chambre des Conseillers a attiré l’attention, mardi dernier, sur une question urgente relative à la position de l’amazighité dans les programmes gouvernementaux, à l’intérêt que réserve le gouvernement à la célébration du 9e anniversaire du Discours Royal d’Ajdir et au fonctionnement de l’Institut Royal pour la Culture Amazighe (IRCAM).

Intervenant au nom du Groupe Haraki, en vertu de l’article 128 du règlement intérieur de la Chambre des Conseillers, M. Abdelkader Aquoudad, a souligné que l’IRCAM s’est contenté de célébrer le 9e anniversaire du Discours Royal d’Ajdir, qui coïncide avec le 17 octobre, sur le plan central, à travers l’organisation d’une conférence et d’une soirée musicale marquée par la remise des prix annuels de la culture amazighe.

En toute responsabilité
L’amazigh et la politique d’enseignement au Maroc

L’Institut Royal pour la Culture Amazighe (IRCAM) a exposé le bilan de ses actions au titre de cette année, marquée par de nombreuses réalisations qui nous incitent à saluer les efforts déployés par les cadres de l’Institut à cet effet et ce, malgré l’existence de plusieurs obstacles objectifs et subjectifs.

Mais, ce qui attire beaucoup plus l’attention c’est le nombre élevé des conventions de partenariat conclues par l’IRCAM avec le Ministère de l’Education et de l’Education. Ainsi, il serait légitime de s’interroger sur l’envergure de mise en œuvre de ces conventions sur le terrain.

La Jeunesse Harakie organise une session de formation au profit de son Bureau Provincial à Nador
Une action pionnière qui reflète le dynamisme qui marque son mode de fonctionnement

Des membres du Bureau exécutif de la Jeunesse Harakie, dirigés par M. Aziz Dermoumi, Secrétaire Général de la Jeunesse Harakie, ont supervisé, ce week-end dernier, l’organisation d’une session de formation au profit des membres du Bureau et le Conseil provinciaux à Nador.

Cette session de formation, ayant pour thèmes la communication et la planification stratégique, constitue ainsi la 5e étape d’un programme d’action élaboré par la Jeunesse Harakie et visant à renforcer les capacités de ses bureaux provinciaux et locaux en matière de gestion et de gouvernance efficaces et efficientes.

Le Mouvement Populaire salue l’action et la vigilance des services de sécurité dans leur lutte contre le crime organisé et le terrorisme
– Toute politisation tactique de la question de la stabilité dans le Sahel et le Sahara aura des répercussions graves sur tous les pays de la région
– L’histoire se remémorera ceux qui étaient au rendez-vous avec les attentes des peuples et non ceux qui leur ont tourné le dos

Suite au démantèlement d’un dangereux réseau international de trafic de drogue dure,
provenant de Colombie, traversant les pays de l’Afrique de l’Ouest et du Sahel et à destination du Maghreb Arabe avant de passer vers l’Europe , le Mouvement Populaire, tout en saluant le travail accompli par les forces de sécurité et leur vigilance, souligne la nécessité d’une coordination entre tous les pays de la région afin d’élaborer une stratégie globale de lutte contre le crime organisé, le terrorisme et le trafic de drogues et la traite humaine.