Lors d’une journée d’étude organisée par le Forum Universitaire Haraki, en coordination avec le Mouvement Populaire 
Les harakis examinent les moyens d’assurer une couverture sociale à tous les Marocains à l’horizon 2025

Saliha Boujraf

Les intervenants lors de la journée d’étude organisée,jeudi dernier à Rabat,par le Forum Universitaire Haraki, en coordination avec le parti du Mouvement Populaire, ont unanimement souligné l’importance de généraliser la couverture sociale à tous les citoyens et ce, compte tenu de ses dimensions de développement, notamment à la lumière des changements accélérés que connait le Royaume.

Les intervenants, dont des hommes politiques et des spécialistes du domaine, ont affirmé, lors de cette réunionorganisée à distance sur le thème « La garantie de la couverture sociale à l’horizon 2025 », que la propagation de la pandémie du Coronavirus a dicté la nécessitéd’adopter une stratégie qui garantit un accès facile de tous les Marocains à un panier de soins de base, un revenu de base aux individus et aux familles en situation de vulnérabilité et la fourniture de services sociaux de qualité pour les personnes en situation difficile.

* Leçons de la pandémie

Dans ce contexte, M. Mohand Laenser, Secrétaire général du Mouvement Populaire, a souligné que les conditions actuelles ont dicté la nécessité d’accélérer la mise en œuvre et la concrétisation de la couverture sociale pour tous les citoyens, en particulier à la lumière de la pandémie, affirmant à cet égard « nous évoquons d’habitude l’impact de la pandémie sur l’économie, mais il y a un aspect essentiel sur lequel il faut focaliser, à savoir la pauvreté et la vulnérabilité, c’est-à-dire l’aspect social ».

Laenser a ajouté que l’une des leçons que nous devons tirer de cette pandémie et que Sa Majesté le Roi Mohammed VI avait précédemment soulignée dans son dernier discours du Trône, consiste en la garantie d’une couverture sociale à tous les Marocains dans un délai ne dépassant pas 5 ans. M. Laenser a précisé que cela demeure tributaire dela révision dusystème actuel, qui se caractérise par la dispersion et le faibleniveau de couverture et la faible efficacité, assurant « c’est pourquoi nous avons décidé dans le Mouvement Populaire d’organiser cette rencontre et d’inviter des spécialistes pour jeter la lumière sur ce processus, afin d’examiner les moyens d’assurer sa réussite et son opérationnalisationdans les délais fixés par Sa Majesté le Roi.

* La couverture sociale est le droit detout citoyen

De son côté, M. HammouOuheli, Président du Forum Universitaire Haraki, a entamé son intervention en affirmant que « tout citoyen a droit à la sécurité sociale », considérant que « la couverture sociale constitue un investissement, qui doit être traitéeainsi de manière à en assurer la généralisation sur tous les citoyens ».

Par ailleurs, M. Ouhelos’est arrêté sur les étapes de développement de la couverture sociale au Maroc, passant en revue les principales phases qu’ont traversées les secteurs privé et public et les modes de fonctionnement adoptés, soulignant que l’institution de la couverture sociale a commencé à l’époque du Protectorat et s’est développée après l’indépendance pour connaître une « véritable révolution », dans ce qu’il a appelé la « quatrième génération », qui a été impulsé par Sa Majesté le Roi Mohammed VI lorsqu’il a souligné la nécessité de généraliser la couverture socialeà tous les Marocains.

D’autre part, M.Ouheli a affirmé que l’édification d’un système intégré de couverture sociale demeure un chantier ouvert et un des axes d’intervention pour la mise en place du modèle de développement escomptéen vuede la réalisation d’une véritable équité sociale.

Le Président du Forum Universitaire Harakia souligné, en outre, que Sa Majesté le Roi Mohammed VI a déjà mis la main sur l’une des faiblesses du système de couverture sociale et a souligné l’importance d’accélérer sa révision, notant à cet égard la nécessité d’adopter la bonne gouvernance pour y parvenir.

* Le processus sera progressif

De son côté, M. Mohamed Moubdiî, Président du Groupe Haraki à la Chambre des Représentants, a souligné l’importance de la mise en œuvre rapide du chantier de la généralisation de la couverture sociale à tous les Marocains, ce qui permettra de généraliser l’assurance maladie obligatoire et des allocations familiales, avant que cette généralisation ne concerne la retraite et l’indemnité pour perte d’emploi, indiquant que ce processus sera engagé progressivement au cours des cinq prochaines années.

Le Président du Groupe Haraki à la Chambre des Représentants a affirmé qu’eu égard aux leçons tirées de la pandémie, la priorité doit être donnée à la réforme du système de santé et à la facilitation de l’égal accès aux services de santé, indiquant qu’en tant que président d’un groupe parlementaire, il avait précédemment soumis uneproposition de loi portant création d’un système d’indemnisation pour chômage.

Moubdiî n’a pas manqué de souligner l’importance de la révision de ce système de manière à l’adapteraux exigences de la situation actuelle.

* Un système intégré

De son côté, M. Abdelaziz Adnane, Directeur de la Caisse marocaine d’assurance maladie, a souligné l’importance du chantier de réformede la couverture sociale, soulignant l’importance du dialogue social avec tous les acteurs pour élaborer un système intégré garantissant le droit à la couverture socialeà tous les Marocains.

*La nécessité d’un vrai dialogue

Par ailleurs, Mme Fatima KaîimaMazi, Coordinatrice du Pôle social au Forum UniversitaireHaraki, qui a modéré les travaux de cette journée d’étude, a affirmé que le Coronavirus n’a pas généré de problèmes pour le système de santé en général, mais a plutôt révélé certains problèmes dont souffrait ce système, soulignant que les problématiques du secteur sont structurelles en général et nécessitent d’engager une réflexion approfondieet un véritable dialoguepour la mise en œuvredes réformes nécessaires.

Partager sur Facebook