Lors de la constitution du Comité régional de veille économique pour gérer les répercussions du « Covid-19 »au niveau de la Région Fès-Meknès :
Laenser souligne que l’étape post-pandémie sera plus difficile que la période du confinement sanitaire

 SalihaBoujraf

La Région Fès-Meknès a constitué un Comité régional de veille économique, chargé de la mise en place de mécanismes efficaces pour la gestion des répercussions de la pandémie « Covid-19 » et de l’adoption des mesures d’accompagnement nécessaires pour atténuer ses impacts socio-économiques.

Ce comité, qui a tenu sa première réunion lundi dernier à Fès, sera en charge aussi de la prise des mesures permettant la relance des secteurs économiques aux niveaux local, provincial et régional, du suivi de l’activation des décisions du Comité national de veille économique, de l’analyse de la situation économique et sociale de la région et de la soumission de propositions et de recommandations en coordination avec les acteurs locaux.

Dans ce contexte, M. Mohand Laenser, Président du Conseil de la Région Fès-Meknès, a affirmé, dans une déclaration à la presse, que l’étape post-Covid-19 sera plus difficile que l’étape du confinement sanitaire, car il sera question de restaurer le rythme de l’économie qui a beaucoup souffert, considérant que l’institution des comités régionaux de veille économique est extrêmement importante car ils permettent de prendre en considération les spécificités de chaque région.

Le Président du Conseil de la RégionFès-Meknès a ajouté que la première réunion du Comité régional de veille économique a été consacrée à l’examen, cas par cas, de la situation des secteurs économiques qui concernent la région et du rôle des acteurs locaux et régionaux en appoint à ce que le gouvernement accomplira.

Il convient de noter que la réunion du Comité régional de veille économique, présidé par le Wali de la région Fès-Meknès, a connu la participation du Président de la Région, des gouverneurs, des directeurs des services déconcentrés, des représentants du secteur privé, des présidents des fédérations, des chambres professionnelles et des organisations professionnelles et d’acteurs économiques et sociaux.

Partager sur Facebook