Chada souligne l’importance de réhabiliter l’école publique et de promouvoir les conditions du personnel du secteur de l’éducation

AliaeRiffi:

Ahmed Chada, membre du Groupe Harakià la Chambre des Conseillers, a souligné la nécessité de réhabiliter l’école publique et de promouvoir les conditions du personnel du secteur de l’éducation.

Commentant la réponse apportée par M.Saaïd Amzazi, ministre de l’Education nationale, de la Formation professionnelle, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, lors de la séance hebdomadaire des questions orales tenue mardi dernier à la Chambre des Conseillers, à une question centrale portant sur « Le bilan de l’expérience de l’enseignement à distance et les perspectives de parachèvement de l’année scolaire », M. Chada a mis l’accent sur l’importance de soutenir l’économie du savoir, appelant le gouvernement à hisser l’éducation et la santé au rang des priorités de sa politique et du budget général, car l’éducation est un secteur productif qui investit dans l’Homme, qui est l’acteur et la finalité de tout véritable développement.

Par ailleurs, le conseiller parlementaire haraki a salué les efforts continus déployés par les membres de la familleéducativepour assurer la réussite de l’année scolaireet encadrer l’expérience de l’enseignement à distance comme étant une option incontournable.

Toutefois, M. Chadaa critiqué cette expérience, affirmant, à cet égard, que « malgré son importance, cette expérience n’a pas couvert toutes les zones du pays, en particulier les zones rurales et montagneuses, ce qui requiert de veiller au respect du principe de l’égalité des chances entre les apprenants dans toutes les décisions relatives à l’organisation des examens scolaires ».

Chada a souligné, dans ce sens, que le Groupe Harakiappelle à ce que les examens à organiser se limitent aux niveaux scolaires certificatifs et soient tenue dans des classes allégées qui prennent en compte le respect de la distanciation sociale, avec la nécessité de mettre à jour les dates des examens pour les adapter aux particularités de l’étape actuelle, de focaliser sur lescours dispensés avant l’instauration du confinement sanitaire afin d’assurer l’égalité des chances entre tous les élèves et d’organiser les examens pour les élèves au niveau dans établissements où ils ont étudié afin d’éviter leur déplacement.

Le conseiller parlementaire harakin’a pas manqué de saluer les décisions du ministère de l’Education nationale, de la Formation professionnelle, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique concernant l’organisation de l’accès aux écoles et instituts supérieurs dans le respect du principe de l’égalité des chances, proposant l’adoption de la procédure de la présélection sur dossiers et de généraliser cette procédure pour déterminer ceux qui sont éligibles et méritent d’accéder à ces établissements, tout en veillant à aligner les délais d’accèsà ces établissements sur les dates d’organisation des examens et d’obtention des certificats du baccalauréat.

Il convient de noter que M. Saad Amzazi, ministre de l’Education nationale, de la Formation professionnelle, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Porte-parole du gouvernement, a annoncé, dans sa réponse,la prolongation de la fermeture des écoles jusqu’au mois de septembre prochain, qui coïncide avec la date de la prochaine rentrée scolaire, en se contentant de l’organisationdes examens du baccalauréat dans le cadre des mesures prises pour lutter contre la propagation de la pandémie du Coronavirus.

Le ministre a ajouté qu’il a été décidé d’organiser l’examen national de la deuxième année du baccalauréat au mois de juillet prochain, alors que l’examen régionalde la première année du baccalauréat se tiendra au mois de septembre prochain, notant que les épreuves du baccalauréat concerneront exclusivement les cours dispensés aux candidats jusqu’à la date de suspension des cours en présentiel, soit le 16 mars dernier.

D’autre part, le responsable gouvernemental a mis l’accent sur la poursuite de l’enseignement à distance jusqu’à la fin de l’année scolaire en cours, notant que le ministère œuvrera à la prised’un certain nombre de mesures et dispositions préventives pour préserver la santé des élèves, des enseignants, ainsi que des cadres pédagogiques et administratifssupervisant l’organisation des examensdu baccalauréat en particulier.

Partager sur Facebook