En réaction aux absurdités, mensonges et contre vérités colportés par certaines tribunes électroniques : Moubdiî menace de recourir à la justice pour se protéger de la « campagne acharnée etgratuite » qui l’a ciblé

Zineb Abou-Abdellah

Mohamed Moubdiî, Président du Groupe Haraki à la Chambre des Représentants et Président du Conseil communal de Fkih Bensaleh, a démenti les informations infondées colportées par certaines tribunes électroniques selon lesquelles il aurait réuni des personnes proches de lui et leur aurait affirmé qu’il a bien ficelé les affaires… et qu’il ne fera pas l’objet d’une poursuite judiciaire ou policière », soulignant que « ces informations sont des absurdités, des mensonges et des contrevérités, qui n’existent que dans l’imagination de leur auteur ».

Une mise au point,signée et rendue publique par M. Moubdiî, a indiqué, dans ce sens, que « certaines tribunes électroniques ont colporté des informations fausses et infondées, selon lesquelles j’aurais réunis des proches et leur aurait dit que j’avais bien ficelé les affaires … et je ne serais pas l’objet d’une poursuite judiciaire ou policières et ce, en plus d’autres absurdités, mensonges et contrevérités. En conséquence, je démens et nie les allégations infondées qui m’ont été attribué de manière fausse et mensongère, car je ne me suis réuni avec personne comme l’avaient prétendent les fausses informations ».

Par ailleurs, M. Moubdiîs’est interrogé sur les raisons et les considérations qui sont à l’origine de cette attaque gratuite à son encontre, qui est allée jusqu’à porter atteinte àsa personne, sa famille et sa réputation en avançant des justifications infondées et ne s’appuyant nullement par une quelconque logique.

Moubdiîa indiqué qu’il a essayé d’ignorer ces accusations et n’a pas souhaité y prêter attention parce qu’il les avait considérées comme de simples bulles vides qui ne méritaient pas une réponse ou la prise des mesures juridiques à l’encontre de leurs auteurs. Il a, toutefois, souligné qu’il ne pourrait tolérer ou être indulgent à l’égard des attaques qui ont voulu mêler les institutions à ces accusations et leur ont manqué de respect.

Moubdiî a souligné qu’il se réserve le droit de recourir à la justice pour le rétablir dans son droit, affirmant, à cet égard, « je suis une personne responsable et patriotique. Je respecte toutes les institutions de mon pays, y compris les institutions judiciaires et de sécurité dans le cadre de l’Etat des institutions.Cette attitude a été la mienne depuis mon enfance. Tout en démentant les fausses nouvelles publiées par ces tribunes, je me réserve le plein droit de recourir à la justice ».

Partager sur Facebook