Le Groupe Haraki à la Chambre des Représentants appelle à la mise en adéquation de la carte universitaire avec le nouveau découpage régional du Maroc
M.Amzazi souligne que le ministère a anticipé la mise en œuvre de la régionalisation avancée et la répartition équitable de l’offre éducative entre les différentes régions et provinces

Saliha Boujraf

Le Groupe Haraki à la Chambre des Représentants a appelé à la mise en adéquation de la carte universitaire avec le nouveau découpage régional du Maroc.

Dans un commentaire, lu au nom du Groupe Haraki à la Chambre des Représentants, d’une réponse apportée par M. Saïd Amzazi, ministre de l’Education nationale, de la Formation professionnelle, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Mme Hakima Belksaoui, membre du Groupe Haraki à la Chambre des Représentants, a appelé à mettre les Régions du Royaume en relation avec l’université afin de réaliser l’essor économique à même d’assurer la promotion de chaque région.

Par ailleurs, Mme Belksaoui a souligné l’importance de mettre en place une offre d’enseignement supérieur et de recherche intégrée dans son environnement, en harmonie avec les perspectives de la régionalisation avancée et tenant compte des potentialités et des besoins de développement de chaque région, ajoutant que « le rapprochement des établissements universitaires réduirait également le coût de la scolarisation pour les familles nécessiteuses dans la région ».

Dans sa réponse, M. Saïd Amzazi, ministre de l’Education nationale, de la Formation professionnelle, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, a souligné que le ministère a anticipé la mise en œuvre de la régionalisation avancée et la réalisation de la répartition équitable de l’offre éducative entre les différentes régions et provinces et ce, à travers le renforcement des infrastructures universitaires au niveau des régions en créant de nouveaux établissements universitaires dans le but de rapprocher l’offre universitaire de toutes les provinces du Royaume, en particulier les provinces à caractère rural.

Amzazi a poursuivi en affirmant que l’enseignement supérieur universitaire public compte actuellement un total de 145 établissements universitaires d’une manière qui assure la répartition équitable de l’offre pédagogique entre les provinces du Maroc, précisant que ces établissements sont répartis entre 61 établissements à accès ouvert et 84 établissements à accès limité, répartis sur 36 préfectures et provinces.

Le ministre a rappelé que le Maroc compte actuellement 12 universités publiques dont les présidences siègent au niveaude 6 régions, indiquant que le ministère examine actuellement la possibilité de créer une université autonome au niveau de la RégionDrâa-Tafilalet et une autre université dans les Provinces du Sud.

Partager sur Facebook