M.Moubdiî clarifie le point d’ordre qu’il a soulevé au sujet d’un commentaire en amazigh et souligne qu’il n’accepte pas des surenchères concernant cette langue.

Zineb Abou-Abdellah

Mohamed Moubdiî, Président du Groupe Haraki à la Chambre des Représentants, a réfuté les informations colportées par certains journaux électroniques au sujet d’un point d’ordre qu’il a soulevé lors de la séance mensuelle, suite au commentaire d’un représentant du Groupe parlementaire de la Justice et Développement de la réponse apporté par M. Saâd Dine El Otmani, ont une partie a été exprimée en langue amazighe, affirmant que ces informations sont erronées, calomnieuses et n’ont pas rapporté les faits de manière honnête.

Dans une mise au point publiée hier mardi, M. Moubdiî a ajouté que dans le cadre du point d’ordre qu’il a soulevé, il a salué l’intervention du député parlementaire en langue amazighe en application des dispositions de l’article 5 de la Constitution, des lois organiques et des lois en vigueur.

Moubdiî a précisé qu’après avoir félicité l’intervenant, il a exprimé son bonheur et sa fierté des réalisations accomplies, d’autant plus qu’il a été et demeure l’une des voix qui a défendu et plaidé à plusieurs occasions en faveur de l’officialisation de la langue amazighe et de la mise en œuvre de sa loi organique et ce, conformément aux positions de principe et historiques du parti du Mouvement Populaire ; lesquelles positions sont constantes depuis l’avènement de l’indépendance.

La mise au point publiée, signée par le Président du Groupe Haraki à la Chambre des Représentants, a indiqué que M. Moubdiî avait demandé à la présidence d’adopter la traduction instantanée conformément à l’article 54 du règlement intérieur de la Chambre des Représentants, qui stipulela prise par la Chambredes mesures et dispositions nécessaires pour permettre la communication en langue amazighe lors des séances plénières et des réunions des commissions et la mise en place des moyens humains, matériels et logistiques nécessaires pour que les parlementaires qui ne comprennent pas ou ne parlent pas la langue amazighe puissent comprendre le sens des interventions exprimées en amazigh.

La même source a indiqué que les rumeurs selon lesquelles l’intervention de M. Moubdiî aurait provoqué les protestations des députés parlementaires sont mensongères et diffamatoires, soulignant que quiconque aurait des doutesn’aurait qu’à consulter les enregistrements de la séance disponibles sur le site web de la Chambre des Représentants.

M.Moubdiî a conclu en réitérant que la langue amazighe est une question de principe et sacrée pour son parti depuis des décennies et qu’il n’accepte pas que quiconque lui fasse des surenchères à ce sujet.

Partager sur Facebook