Dans une intervention prononcée au nom du Groupe Haraki à la Chambre des Représentants :Mme Al Hatimi appelle à la création d’une chaîne parlementaire jetant les bases d’un champ médiatique proche du citoyen

Saliha Boujraf:

Le Groupe Haraki à la Chambre des Représentants a appelé, récemment à Rabat, à la mise en place d’une chaîne parlementaire fondée sur une approche globale, visant à rapprocher les citoyens de la véritable image du Parlement, tout en adoptant des politiques linguistiques cohérentes dans le respect des deux langues officielles,l’arabe et l’amazigh, ainsi que du hassani.

Dans une intervention au nom du Groupe Haraki à la Chambre des Représentants lors d’une séance plénière consacrée à la discussion d’une proposition de loi relative à la création d’une chaîne parlementaire, Mme Ghita Al Hatimi a affirmé que l’objectif de la création de cette chaîne est plus profond et plus grand, consistant notamment àrefléterla véritable image de l’action parlementaire dans ses différents domaines de compétence.

Par ailleurs, Mme Al Hatimi a souligné l’ambition nourrie par le Groupe Haraki que cette chaîne parlementaire traduire une vision médiatique parlementaire objective, neutre et indépendante, à travers un plan précis et bien étudié, à même de garantir l’attraction des Marocains.

Dans ce sens, Mme Al Hatimi a mis l’accent sur la nécessité de mettre en œuvre les dispositions de l’article 54 du règlement intérieur de la Chambre des Représentants, pour rendre possible la communication en langue amazighe lors des séances plénières et des réunions des commissions et mobiliser les moyens humains, matériels et logistiques nécessaires, conformément aux dispositions de l’article 5 de la Constitution et des lois et règlements en vigueur.

De plus, Mme Al Hatimi a appelé à œuvrer à l’élargissement du champ de diffusion de la chaîne pour couvrir les différentes zones rurales et montagneuses, ainsi que les Marocains du monde, dans le cadre d’une approche interactive accordant une attention particulière aux femmes et aux jeunes et à travers une grille de programmes développée sous la supervision d’acteurs médiatiques spécialisés dans l’action parlementaire.

D’autre part, Mme Al Hatimi a relevé le rôle que jouera cette chaîne parlementaire, puis qu’elle constituera un mécanisme de rapprochement des citoyens de l’action parlementaire et ouvrira le champ à la consécration du principe du pluralisme et à l’élargissement de la base de participation dans la vie politique, tout en renforçant l’ouverture du Parlement sur les différentes institutions et instances, y compris la société civile, les instances de concertation et les citoyens et ce, dans le cadre d’un débat public productif et utile.

Mme Al Hatima a indiqué, à cet égard,que cette chaîne servirait de mécanisme pour la mise en œuvre de deux principes constitutionnels, à savoir le droit d’accès à l’information et la corrélation de la responsabilité à la reddition des comptes, appelant à veiller à ce que chaîne reflète une image réelle des travaux du Parlement,à travers ses membres, ses commissions et ses groupes.

Mme Al Hatimi n’a pas manqué d’exprimer l’espoir nourri par le Groupe Haraki que cette chaîne se penche sur la mémoire du Parlement, ses archives et son histoire, affirmant dans ce sens que « le Parlement marocain dispose d’une mémoire que des femmes et des hommes, dont certains sont toujours vivants, ont marqué de leurs empreintes, à l’occasion d’échéances politiques et parlementaires historiques. Nous estimons qu’il est injuste que lesgénérations actuelles ne sachent rien sur cette mémoire ».

Il est à signaler que la Chambre des Représentants avait adopté la proposition de loi relative à la création de la chaîne parlementaire ;laquelle propositionde loi intervient dans le cadre de la volonté de renforcer l’ouverture de l’institution législative et sa communication positive avec son environnement, en particulier avec les citoyens, pour faire de cette chaîneune tribunequi reflèteleursinquiétudes et préoccupations.

Partager sur Facebook